05/09/2014

La colline aux suicidés - James Ellroy


Ayant été déçue après la lecture d'A cause de la nuit, j'ai été soulagée de voir que James Ellroy se renouvelait, enfin, un peu. Fini les tueurs psychopathes à l'intelligence extraordinaire, les femmes fatales tombant inlassablement dans les bras d'Hopkins et le fight final qui met Lloyd en fâcheuse posture mais dont il arrive tout de même à sortir vainqueur... 

En effet, on retrouve ici Hopkins viré de la crim' de la LAPD suite au fiasco de l'affaire du voyageur de la nuit, et menacé de suspension. Il travaille désormais sur une "banale" affaire de double braquage de banque, l'épée de Damoclès au dessus de la tête. Un cas apparemment simple, tout comme ses protagonistes : de petits voyous ayant commis des vols et non plus des tueurs sanguinaires. Bien sûr, cela ne sera pas si évident et se finira tout de même en boucherie pour nos chers petits voyous ivres de folie, de jalousie ou de liberté.

"Quand on baise des putes, alors toutes les femmes commencent à ressembler à des putes. Quand on aime une femme, alors toutes les femmes commencent à lui ressembler."

La fin de sa carrière approchant avec la résolution de cette affaire, il est alors temps pour Lloyd de faire ses comptes et effacer l'ardoise où ses erreurs passées s'accumulent. Pour cela, il devra se confronter à lui-même, à ses "mauvaises" actions au service d'un idéal personnel de justice. Un face à face schizophrénique qui le poussera à commettre le pire... comme le meilleur.

"Il s'était convaincu qu'il voulait protéger l'innocence, alors qu'en réalité, il ne voulait que ramper dans les égouts en quête d'aventure ; il s'était vendu à lui-même un stock d'illusions sur la juste règle de la loi alors qu'en réalité il voulait se repaître des ténèbres qu'il prétendait mépriser, sa famille et ses femmes, jouant comme des tampons de sécurité, lorsque le noir commençait à le dévorer."

Un ultime tome des aventures d'Hopkins qui se révèle satisfaisant, bien plus que A cause de la nuit mais tout de même en-deçà de Lune Sanglante, et qui laisse espérer un futur apaisé à notre sergent préféré !

2 commentaires:

  1. J'ai été gênée par les mêmes choses que toi dans cette trilogie. Je ne sais pas si tu as lu d'autres Ellroy : c'est toujours un peu du même acabit. Mieux vaut faire de longues pauses entre les lectures.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette trilogie est la première que je lis d'Ellroy et je pense continuer avec le Quatuor de Los Angeles. Mais comme tu le dis, je vais attendre un peu avant de m'y remettre.

      Supprimer